Articles

LES AVANCÉES DE LA RÉGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE 2020

terre_en_verre_sur_l'herbe

Dévoilée le 24 novembre 2020 par les voix de Barbara Pompili, ministre de la transition énergétique, et d’Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au logement, la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) va se substituer à l’actuelle RT 2012 dans le courant du 3ème trimestre 2021.

Elle renforce les normes existantes dans la RT 2012 et fixe de nouveaux critères avec pour objectif de rendre les constructions neuves encore plus respectueuses de l’environnement : « Nous donnons la priorité à la sobriété énergétique, au confort d’été et la décarbonation » (Emmanuelle Wargon).

 

Quelles sont les principales avancées de la RE 2020 ?

‘ 1- La RE 2020 s’articule autour de 3 axes stratégiques regroupant 6 indicateurs.

La RE 2020 fixe l’attention sur la Consommation d’Energie, tant en volume qu’en origine, sur l’Impact Carbone de la construction et de l’utilisation du bien concerné, et sur le Confort d’été. Pour chacun de ces 3 axes, 1 à 3 indicateurs réglementaires sont clairement identifiés:

 – Pour la Consommation d’Energie, 3 indicateurs clés sont retenus: Le BBio (Besoin Bioclimatique), Le Cep (Consommation d’Energie Primaire) et le Cep nr (Consommation d’Energie Primaire non renouvelable).

Pour l’Impact Carbone, 2 indicateurs sont mis en évidence: l’Ic Composants (Impact carbone des composants), l’Ic Energie (Impact Carbone des solutions énergétiques sélectionnées pour le bâtiment concerné).

Enfin, pour le Confort d’été, un nouvel indicateur doit être pris en considération: les DH (Dégrés-Heures).

Pour être précis, la RE 2020 fait état d’un 7ème indicateur relatif au carbone biogénique stocké, qui sera calculé pour une visée pédagogique, sans exigence de respect d’un niveau prédéfini.

1.1- Quelles sont les évolutions du BBio et de la Cep ?.

Le BBio et la Cep figurent déjà dans la RT 2012. Ils constituent des outils forts pour mener une politique volontariste de limitation de la consommation d’énergie. Mais leur mode de calcul évolue largement avec la RE 2020.

Ainsi, les modalités de calcul des surfaces considérées (SHAB et non plus SRT), les changements relatifs aux stations météo en zones H2b et H2c, ou encore la prise en compte des besoins de froid du bâtiment constituent autant d’éléments qui impacteront à la hausse le BBio calculé pour toute nouvelle construction. De même avec la Cep qui voit ses modalités de calcul et son périmètre évoluer avec la même conséquence: le Cep d’un bâtiment nouveau calculé avec le moteur de la RE 2020 est en forte hausse par rapport à celui calculé à l’aide du moteur RT 2012.

Nonobstant toute autre considération sur le BBio maximal que doit respecter une construction pour obtenir le permis de construire et sur la Cep, la RE 2020 va de facto conduire les constructeurs de maisons individuelles et leurs partenaires à rechercher des solutions innovantes sur les méthodes de construction et le matériel utilisé au profit de leurs clients pour une réduction significative du besoin en énergie de la construction.

Mais n’est-ce pas cela qu’attendent précisemment les clients des constructeurs de maisons individuelles ?

1.2- Les Indicateurs d’Impact Environnemental. 

L’Ic Composants et l’Ic Energie éclairent sur les gaz à effet de serre induits par les produits et les matériaux utilisés, ainsi que par les systèmes énergétiques sélectionnés sur chaque lot de la construction. De facto, ces nouveaux indicateurs constitueront des vecteurs forts de la politique de maîtrise des impacts environnementaux de chaque construction nouvelle. 

L’indicateur qui apparait le plus novateur et qui élargit le champs de la réflexion environnementale est sans nul doute les Dégrés-Heures. Il s’agit là d’une toute nouvelle manière de calculer le confort d’été d’un bâtiment. Ainsi, le besoin en froid du bâtiment durant les périodes de fortes chaleurs va désormais faire l’objet de mesures et de normes. Ce nouvel indicateur comprendra 3 niveaux: 

Un niveau bas de 350 DH jusqu’auquel le bâtiment n’aura pas besoin de système de refroidissement. Cela améliora  de facto la performance énergétique du bâtiment.

Un niveau intermédiaire entre 351DH et 1250 DH pour lequel le bâtiment nécessitera la mise en place d’un système de refroidissement, pénalisant la performance énergétique globale.

Au delà de 1250 DH, le  bâtiment ne sera pas réglementaire et sa conception devra être revue.

 

2- Des orientations technologiques fortes sur les sources d’énergie utilisées…. et des questionnements qui persistent.

Au delà de la mise en avant des 6 nouveaux indicateurs, l’important est d’appréhender la trajectoire des niveaux fixés dans la durée pour chacun d’eux. Cela révèle en effet les choix politiques effectués pour les années à venir. Mais, si nombre des niveaux à atteindre restent encore des sujets de discussions, les premières indications n’ont pas manqué de soulever des interrogations. 

C’est le cas notamment avec la Cep et la Cep nr. En fixant un niveau maximum d’émission de carbone pour l’utilisation du chauffage, de l’éclairage, de la ventilation ou encore de la climatisation à 4 Kg de CO2 par M2 et par an, pour les maisons individuelles, la RE 2020 exprime des choix technologiques forts.

Certes cette limite sera introduite de manière progressive pour les logements collectifs, mais elle exclut de facto le gaz comme ressource d’avenir, particulièrement pour les maisons individuelles.

De même, en élaborant une trajectoire qui conduirait à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et en privilégiant un mode de calcul dit « dynamique », les pouvoirs publics conduiraient les constructeurs à privilégier la biomasse et la filière bois. Mais, selon certains professionnels, une telle politique conduirait à négliger la valorisation des matériaux en fin de vie alors même que l’économie circulaire apparaît nécessaire. Elle induirait par ailleurs une importation croissante de bois et un recours massif à l’énergie électrique pourtant d’origine nucléaire pour une large part.

Par ailleurs, nombre de professionnels attirent l’attention sur l’impact d’une telle politique sur les coûts de construction répercutés aux clients et évalués entre 5% et 15% en fonction des niveaux finalement retenus pour chaque indicateur.

 

3- RE 2020 à regarder et à vivre de manière positive

Les échanges, tant nationaux qu’européens, sont encore ouverts sur la détermination des niveaux fixés pour chaque indicateur, pour 2021 et pour les années à venir. Le sujet est en effet encore ouvert et les débats encore denses sur les méthodologies employées.

Et les arguments en faveur de la RE 2020 et les interrogations qu’elle soulève seront à repenser à l’aune des décisions qui seront prochainement prises.

Mais une chose est sûre: la RE 2020 fait des Constructeurs de Maisons Individuelles et de leurs clients des acteurs majeurs et innovants en faveur du respect de notre environnement. Et cela, dès 2021 et pour les années à venir.

Chaque nouvelle construction d’une maison individuelle constituera un pas supplémentaire dans la maîtrise de l’impact des activités humaines sur l’environnement, tant la réduction de la consommation énergétique et des gaz à effet de serre portée par la RE 2020 s’avère importante.

 

La RE 2020 apparaît donc comme une réglementation d’objectifs mais laisse la totale liberté de conception aux constructeurs de maisons individuelles et à leurs clients.

Elle poussera chacun d’eux à se montrer innovants et créatifs.

Elle fera de chacun d’eux des acteurs essentiels du développement durable.

Catégories